Bonus-malus écologique: une belle pagaille organisée par l'Etat!

Publié le par blog-auto-infos

En découvrant la mesure le 5 décembre, j'avais dans ce blog assez bien tracé les problèmes qui seraient liés à la mise en place du bonus-malus écologique. Au fait, ne dîtes plus "éco pastille", le gouvernement a définitivement proscrit cette appellation qui ( il est vrai) renvoit parfaitement à sa justification fiscale... mais passons...

Les chiffres de ventes du mois de janvier 2008 confirment ce que je pressentais avec d'autres:

1/ Les ventes de voitures neuves ont baissé de 5,5% par rapport à janvier 2007. On s'aperçoit que l'euphorie du mois de décembre 2007 (+21,2% à 182.600 exemplaires) était simplement dûe à des immatriculations à tour de bras de véhicules de fortes cylindrées. Les grosses berlines, les 4X4, les coupés sport puissants ont été achetés volontairement et rapidement afin d'échapper au malus.

2/ L'instauration du bonus a fait grimper fortement les immatriculations de petites voitures, et plutôt de petites voitures diesel. C'est sûrement bien pour ces petites voitures mais ce phénomène pose problème...  Tout d'abord parce que la plupart d'entre elles n'ont pas de filtre à particules, ensuite parce que les français ne vont pas acheter indéfiniment des petites voitures, enfin la physionomie du marché automobile français va se déséquilibrer encore plus par rapport à ses voisins européens.

3/ Les marques allemandes premium ont souffert en janvier. Baisses de 24% pour BMW, de 30% pour Audi, de 36% pour Mercedes. Une question se pose: que deviendra le malus s'il n'est plus perçu lors de l'achat, mais annualisé? On dit que le gouvernement pourrait annoncer  cette annualisation après les municipales. Aujourd'hui il est difficile de prévoir les conséquences de cette mesure.

4/ Les français souffrent aussi au niveau de leurs berlines haut de gamme. On s'aperçoit qu'en cocurrence avec les marques Premium allemandes, PSA et Renault sont désavantagés pour les achats de flotte d'entreprise. Aujourd'hui ( eh oui!...) il est plus intéressant pour une entreprise de fournir une BMW série 3 qu'une Peugeot 407 ou une Renault Laguna III à ses cadres. Et je ne vous parle pas des entreprises qui envisagent de domicilier leur flotte d'entreprise dans une de leurs filiales à l'étranger afin d'échapper au malus écologique...

Voilà pour les impacts économiques. Mais il faut bien relever également quelques regrettables désordres administratifs:

1/ Dans l'urgence de la mise en place de la mesure, le gouvernement a chargé le CNASEA d'organiser  le dispositif. Le CNASEA? Centre National pour l'Aménagement des Structures des Exploitations Agricoles!... Figurez-vous que cet organisme a d'abord eu pour vocation historique d'organiser la mise en place de la Politique Agricole Commune. Donc aucun rapport avec l'automobile, mais l'Etat explique que cette institution a l'habitude de traiter ce genre de dispositif. Pour l'instant, on en doute... Les montants seraient de l'ordre de 30 millions d'Euros par mois et les concessionnaires qui ont déjà déduit le bonus de leur facture seront payés par le CNASEA au plus tôt ...  mi-mars ! Ah l'Etat conserve sa fâcheuse habitude de traîner les pieds pour payer... du coup, en ce moment, les constructeurs aident financièrement leurs réseaux pour supporter les manques à gagner... 

2/ L'Etat tarde à payer, mais pas à encaisser!... Côté malus, l'acquéreur d'un véhicule neuf doit payer immédiatement sa taxe en préfecture, sinon il n'a pas sa carte grise!   

Conclusion: le bonus-malus écologique est encore une jolie pagaille...  mais l'Etat a bien défini son rôle une fois de plus: le pot de fer!

PB

 

Publié dans blogautoinfos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AntiMalusEcologique 02/04/2008 15:53

M. Boulanger, j'ai lu un article ce matin dans la presse économique qui ne m'étonne guère où on indique que " le système du Bonus-Malus écologique n'est pas équilibré " ! Quelle surprise !
C'est évident. Mettre un Bonus c'est une bonne chose, la Zone Neutre où on ne paye rien pour des voitures moins sobres mais dont on a besoin ou envie, pourquoi pas.
Mais avoir mis des Malus est catastrophique pour les clients de l'automobile comme pour les professionnels, surtout quand on voit le prix de ces Malus : 1600 € pour un monospace, 2600 € que ce soit pour le Touareg diesel le plus sobre avec un FAP ou pour le Cayenne le plus gourmand en essence, ou la Ferrari la plus gourmande en essence. C'EST N'IMPORTEQUOI.
Le résultat est le suivant  : les gens, mêmes aisés ou riches ne veulent pas payer les Malus, par principe et j'en connait dans toute la France... Et ces gens là vont garder leurs voitures les plus polluantes plus longtemps alors qu'avant ils les renouvellaient souvent avec toujours des nouveaux moteurs + sobres proposés par les constructeurs. Regardez juste combien consommait une Porsche avant par rapport à aujourd'hui...
Donc, de toute façon, le système et déséquilibré, il n'y pas assez de "pigeons" même aisés pour payer les Malus (pour équilibrer tous les Bonus donnés) donc le gouvernement à la recherche d'économies va peut etre bientôt dire STOP aux Bonus... si l'Etat français continue à ne pas trouver de "pigeons" même riches, pour payer les Malus...
Le Bonus - Malus écologique semble donc être un système qui a été mis en place trop précipitamment, avec la bon prétexte écologique, et qui est né d'effets d'annonces sans aucun discernement dont on commence à avoir l'habitude... Malheureusement...

Taxsurléprix 07/02/2008 09:38

Bonjour
Si ça peut aider :
http://formulaire-administratif.blogspot.com
 

Nimbus 06/02/2008 18:16

Encore une incohérence...ça devient inquiétant ce n'importe quoi permanent. D'ailleurs on devait s'en douter, comment travailler avec intelligence et vision dans une telle pression et agitation?