La voiture électrique est de retour!

Publié le par blog-auto-infos

On croyait que parler de voiture électrique était devenu ringard après plusieurs tentatives peu concluantes. Et voilà que l'industrie automobile fait savoir qu'elle y croit. Cette semaine Renault par la voix de son président Carlos Ghosn lance officiellement un programme ambitieux de voitures électriques en Israël avec le soutien de l'homme d'affaires Shaï Agassi, ex-n°2 de SAP, et avec le concours indispensable du gouvernement israélien pour les incitations fiscales. Cette semaine encore Chrysler annonce un programme voiture électrique avec le dynamique indien Tata.

C'est très bien, mais que s'est-il passé pour que l'électricité devienne un modèle pertinent?  Je rappelle quand même quelques dates: 1799, Alessandro Volta invente la pile électrique, 1868, le belge Zénobe Gramme met au point la première dynamo, 1879, Thomas Edison invente la 1ère ampoule électrique à incandescence. L'électricité nous accompagne efficacement depuis plus d'un siècle. Nous savons démontrer (en tout cas en France) que cette énergie peut être propre et pourtant, jusqu'à la fin du 20ème siècle l'homme a été incapable de faire fonctionner un véhicule électrique en rapport à nos besoins de déplacement. Nous butions principalement sur des problèmes de puissance, d'autonomie, de miniaturisation des baterries. Et brusquement, voilà que le miracle arrive grâce à une technologie: le lithium-ion!

 D'abord, qu'est-ce que le lithium? A l'état pur, c'est un métal mou, de couleur blanche argentée. Il a la particularité d'être le solide le plus léger, et il est principalement employé dans les alliages conducteurs de chaleur et d'électricité. Le lithium-ion est une batterie, un accumulateur de lithium, très répandu sur le marché de l'électronique portable. Quels sont les intérêts de ce lithium-ion pour l'industrie automobile? Il a une haute densité d'énergie pour un poids très faible (c'est bon pour la miniaturisation), il présente une faible auto-décharge (c'est bon pour l'autonomie), il améliore la sécurité des batteries purement lithium, il ne nécessite pas de maintenance. Et puis, dans leurs recherches et leurs mises au point les ingénieurs ont découvert qu'il présentait des caractéristiques intéressantes en termes de puissance. Ainsi, pour sa voiture électrique, Renault annonce que sa puissance et ses reprises sont équivalentes à celles d'une voiture à moteur thermique de 1 litre 6. Donc c'est pas mal.

Voici donc que brusquement la voiture électrique devient un modèle pertinent. L'accord conclu en Israël est très encourageant. La voiture (une Megane) verra le jour en 2011 en Israël, en 2012 ailleurs. La pertinence de l'accord est qu'une infrastructure de 500 000 points de recharge sera mise en place et que la propriété de la voiture est dissociée de celle de la batterie. L'automobiliste achète la voiture, et il loue une batterie comme un service. Il peut recharger cette batterie chez lui ou dans un parking, ou bien l'échanger contre une autre dans une boutique prévue à cet effet.

Tout celà est intéressant quand on sait que pour la plupart d'entre nous il est rare de dépasser les 80 km dans une journée.

 PB

 

 

 

Publié dans blogautoinfos

Commenter cet article

helua 25/02/2008 15:03

pourquoi pas Israel,meme si ce seul nom peut donner un prurit maladif à certains?  Pourquoi Israel à présent:parce que ce petit pays a des capacités technologiques et scientifiqes considérables avec des universités et des chercheurs particulierement féconds et  inventifs; Exp:le test rapide de dépistage du SIDA,les scanners derniere générations et autres PET caméras ,c'est Israel. cela profite au monde entier. Alors pourquoi pasz Isrqael Alain

aldess 30/01/2008 22:24

Je suis d'accord sur le pourquoi Israël mais ne pensez-vous pas que les financeurs des transports propres en France s'arrachent les cheveux à cette annonce : ils ont subventionné toutes les expérimentations de voitures électriques non rentables et maintenant que c'est rentable Mr Gosn va faire joujou ailleurs !
Ce n'est pas très fair play mais peut-être qu'une autre techno que celles de saft et batscap ne peut pas être subventionnée en France...
Franchement ne pensez-vous pas qu'un tel projet tous les maires de France sauteraient dessus en cette période électorale ?
 
Aldess

Foxie 30/01/2008 19:15

Sans vouloir jouer les rabat-joie, je suis dubitatif sur le système de points d'échange de batteries (version moderne des relais de poste de l'ancien temps).Il faudra un stock pouvant satisfaire les pics de demande, donc  surdimensionné par rapport au besoin moyen, donc très coûteux.En effet, de trop nombreux "désolé, on n'a plus de batteries disponibles", laissant le client avec une voiture inerte pour une période éventuellement longue, tuerait vite le système.Les équipements en batteries des différents modèles ont très peu de chances d'être identiques, d'où besoin additionnel de surstockage. Et même si les modules constitutifs étaient les mêmes, réassembler un jeu de batteries serait long et coûteux en main d'oeuvre.Ou alors je n'ai rien compris...

aldess 30/01/2008 01:04

Je suis d'accord c'est un révolution qui est en marche : lorsque Mr Shaï Agassi a quitté Saft, le coût de la batterie était de 30 à 40 euros pour 100 kms; maintenant il est de 3 à 4 Euros  : le Li-Ion est performant depuis quelques années; il est maintenant économique : 5 fabricants au moins au monde (3 en chine, 2 aux US) produisent du LiFeP. Le coût de la batterie + de l'électricité est équivalent au gazole !Pour l'autonomie, si on veut une durée de vie correcte de la batterie, il faut une profondeur de décharge de 20% sur une journée moyenne; alors pour les trajets exceptionnels il reste de la marge.Seul M.Bolloré a anticipé le coup mais il a choisi la mauvaise techno, LiPo chaude qui coûte le double de la LiFeP.Par contre l'optimum économique est encore à trouver : nombre de points de recharge, positions; compromis supercapas/batterie pour augmenter les durée de vie la batterie.Notez que MM.Agassi et Bolloré envisagent un contrat de location mensuel; ça veut dire qu'un plus de vendre la voiture ils vendent le consommable de l'avenir : la batterie !!! malin.Le plus heureux sera EDF : rentabiliser ses centrales la nuit, le rêve.Mais qu'attend-on en France pourquoi Renault fait ça en Israël, c'est un scandale !!!!!Même Sarko peut trouver un avantage à Israel comme précurseur ; c'est peut-être dans l'union de la méditerrannée que va se développer le transport urbain du futur.Aldessaldess.sosblog.fr

François-Xavier 29/01/2008 10:18

Selon moi, le problème ne tient pas tant au rique d'oubli qu'à l'absence de possibilité de recharge...
A l'instar de nombreux citadins, je présente toutes les caractéristiques de l'utilisateur potentiel d'un véhicule 100 % électrique : je ne parcours que très exceptionnellement plus de 80 Km en une journée (souvent moins de 30) et 95 % de mes déplacements se font en centre-ville. Un problème, pourtant, m'empêche de franchir le pas : où recharger ledit véhicule ? Je n'envisage pas de faire pendre une rallonge d'une des fenêtres de mon appartement, et ne dispose pas d'un garage...

F-X