CO2: personne n'est content, et tout le monde a raison.

Publié le par blog-auto-infos

Elle en fait du bruit cette décision de la Commission de Bruxelles de sanctionner par des amendes les constructeurs qui produiraient des voitures rejetant plus de 120 grammes de CO2 par km à l'horizon 2012! Je ne vous détaille pas la mesure, vous avez lu la presse... Il faut bien préciser que le projet doit maintenant faire l'objet de débats au Parlement Européen et au sein de chaque Etat membre de l'Union Européenne. Evidemment, il faut s'attendre à des discussions passionnées, à des polémiques car l'objectif de 120 grammes, vous le savez, est très ambitieux compte tenu de notre point de départ qui est de 160 grammes en moyenne aujourd'hui.

Cette décision a immédiatement provoqué une levée de boucliers, chez les écologistes, chez les constructeurs allemands, italiens et français, et au sein des gouvernements des 3 pays cités. Et pour être honnête, tout le monde a raison de s'insurger. Pourquoi?

- les écologistes. Ils dénoncent ( Greenpeace en particulier) un "échec flagrant" et des "propositions pathétiques". Echec flagrant? C'est vrai. Un objectif plus ambitieux avait été arrêté dans un projet précédent. Et il faut bien reconnaître que les constructeurs européens n'ont pas tenu leurs promesses. Renault et PSA, les français, affichent une moyenne respective de 146 et 144 grammes sur l'ensemble de leurs gammes. Ils auraient dû faire mieux...  toutefois, leurs performances sont meilleures que celles des allemands (exemple 173 grammes pour VW, 156 grammes pour DaimlerChrysler, je vous épargne Porsche...). Autrement dit, beaucoup de mauvais élèves. La commission a raison de se montrer exigeante...  Cependant, les écologistes pourraient tempérer leurs critiques car l'industrie automobile a sans doute fait mieux pour l'environnement que beaucoup d'autres ces dernières années.

- les constructeurs. Ils ont raison eux aussi de s'indigner car le montant des amendes prévues peut mettre en danger des emplois dans leur industrie...  20 Euros par gramme de CO2 et par véhicule vendu en 2012, 35 Euros en 2013, 60 Euros en 2014 et 95 Euros en 2015...  fichtre! le préjudice peut vite s'alourdir et se chiffrer en plusieurs milliards d'Euros. Car, ne rêvons pas: Il sera difficile sinon impossible d'atteindre ces objectifs en 2012.

- les gouvernements. Ils ont raison de s'inquiéter pour les emplois...  et pour la consommation... car une autre disposition pourrait faire augmenter le prix des voitures les plus vertueuses...  avouez que c'est un comble. Quelle disposition?  Les hommes de Bruxelles ont imaginé que le paramètre retenu pour répartir les efforts sera le poids des modèles. Bravo les allemands, ils ont gagné (une fois de plus!), c'était leur demande. Cela veut dire que chaque groupe, producteur de véhicules lourds ou légers, pourra former une alliance, un pool avec un autre groupe afin de tenir les objectifs. Exemple: DaimlerChrysler peut former un pool avec Fiat (qui produit plus de petites voitures) afin de faire baisser sa moyenne de CO2, BMW peut faire de même avec PSA. Evidemment, je ne prends pas ces exemples au hasard. Vous l'avez compris: c'est hypocrite! Et là tout le monde a raison: les écologistes, les gouvernements et les constructeurs français et italiens en particulier qui font plus d'efforts que les allemands pour réduire les émissions de CO2. Il est surtout fou de constater qu'une telle mesure va peut-être faire monter les tarifs des voitures propres, alors que c'est l'inverse qui devrait se produire.

Pas facile de faire de l'écologie en politique...

PB

  

 

Publié dans blogautoinfos

Commenter cet article

Jacques (Marseille) 21/12/2007 11:13

Tout cela vise à favoriser les véhicules diesels dans un premier temps. En effet, les constructeurs vont chosir la facilité et développer encore ces moteurs, qui polluent plus, contrairement aux affirmations des constructeurs, et comme le confirme plusieurs études médicales récentes (McCreanor J et coll. : Respiratory effects of exposure to diesel traffic in persons with asthma. N Engl J Med 2007 ; 357 : 2348-58). On préfère la santé hypothétique de la planète à celle rééllement en cause des individus et cela on le vie tous les jours. Peut etre,surtout en france, on aura un scandale encore plus important que celui de l'amiante.