Automobile, emplois et patriotisme économique

Publié le par blog-auto-infos

L'Italie récemment s'était  insurgée contre la France après le déclenchement de la fusion GDF-Suez qui écartait l'italien Enel du tour de table. "Patriotisme économique" avait répondu Dominique de Villepin. Il faut défendre la place et le rang  des entreprises françaises en Europe...  sauf que plus récemment la région Ile de France a choisi prioritairement le canadien Bombardier pour le réseau ferroviaire francilien, au détriment d'Alstom. Et pourquoi dis-je tout çà?  Parce que je pense qu'il n'y a pas de honte à défendre ce patriotisme économique à partir du moment ou tout le monde fait pareil...  mais il pose problème quand même.

Illustration avec VW et la Belgique. Mardi, VW a donc annoncé la suppression de 4000 postes dans son usine bruxelloise qui emploit 5 300 salariés. Colère des employés concernés. L'affaire ressemblait fort à la fermeture du site de Vilvoorde par Renault en 1997. Et puis les belges se sont repris. Dans le calme ils débutent une phase de négociation avec les dirigeants de Volkswagen afin de limiter la casse. Mais leur 1er ministre Guy Verhofstadt dénonce le patriotisme économique des allemands, prêts à détruire des emplois en Belgique pour défendre les salariés allemands.

Et voilà! c'est ainsi qu'avance le monde économique moderne... Tous les salariés d'Europe de l'Ouest connaissent ce contexte de fragilité de l'emploi. La mondialisation, les délocalisations font désormais partie du vocabulaire quotidien du monde du travail. Je crois donc qu'il faut être inquiet pour les petits pays car ils vont avoir de plus en plus de mal à se protéger de ce nouveau patriotisme économique qui va grandissant.

 

Publié dans blogautoinfos

Commenter cet article

BERNIS 14/12/2006 17:44

il y a 1 question avoir 1 voiture maintenant s est comme çi on avait 1 chateau  se n est pas normal ça vous cout 1 petite fortunes pv de stationnement  radar soit disant pour la securite quand vous avez 1 radar dans une descente de toute les façons si voue ne faite pas attention vous vous faite  avoir des policiers cacher derrier 1 mur ou derrier 1arbre ext......apres s est les 1er a dire  que les vehicules sont en chutes libre ils ne faut pas s etonner, ils faut que  les politiques parlent dans ce sens merci ,que faire ?

Eric Gillot 24/11/2006 14:20

Au plan européen, il est devenu impossible de prendre des décisions à 27.   Pourtant avec une Marché de 450 millions de consommateurs il est possible d'adopter un "protectuinisme déguisé" comme le font les USA.
Au plan Français il faut faire comprendre aux français qu'acheter  une auto étrangère signifie aussi augmentation de nos impots à terme.  Enfin au plan de la législation il suffirait de diminuer les charges sur les salaires au profit de TVA sociale + Impôts sur les bénéfices pour rendre les délocalisation

Eric C. 24/11/2006 11:21

L'usine bruxelloise de VW est-elle fermée uniquement parce qu'elle est belge ?Il est évident que la dimension patriotique (disons politique, d'ailleurs, ce sera surement plus correct) n'est pas à tenir pour quantité négligeable, mais ce n'est pas la seule à intervenir dans une démarche de fermeture d'usine. La rentabilité, l'age des installations et le taux d'occupation sont tout aussi importants. Si l'on regarde Renault aujourd'hui, l'usine de Valladolid tourne à  faible régime actuellement, mais elle est moderne et plus efficace que celle de Flins. S'il y en a une qui est menacée aujourd'hui, c'est plutot cette dernière (c'est en tout cas la crainte de pas mal de salariés, meme si la direction prétend le contraire) ...

spah 24/11/2006 10:08

J'ai juste mal pour... l'Europe. Si nous avions réussi à faire autour des 15 un noyau dur dans lequel s'exerce le "patriotisme" économique européen, on n'en serait pas à voir l'Allemagne se disputer des emplois avec son voisin et partenaire.
Sinon la mondialisation a parfois du bon : c'est un constructeur japonais qui est venu s'installer à Valenciennes et redynamiser la région...