La BMW Hydrogen 7: une voiture pour l'Histoire.

Publié le par blog-auto-infos

Une petite révolution est en marche. BMW parle d'un chapitre de l'histoire de l'automobile et je suis assez d'accord. La marque allemande communique avec cette formule : la mobilité durable. Si le destin me prête vie assez longtemps je pourrai peut-être dire dans 30 ou 40 ans qu'en 2006 j'avais essayé à Berlin la première voiture de série à hydrogène. L'expérience s'est déroulée jeudi et vendredi dernier. J'ai conduit la nouvelle BMW série 7 à hydrogène. La marque allemande l'appelle BMW Hydrogen 7. Vous pourrez la découvrir en podcast video dans un numéro complet d'Auto Info. En avant-goût, lci.fr vous propose déjà la video du sujet diffusé aujourd'hui à 12h30 sur LCI ( vous allez sur les rubriques sciences ou lifestyle).

Lorsqu'on la regarde, elle ressemble à la berline haut de gamme de la marque bavaroise. On remarque juste un capot un peu plus bombé qui permet d'accueillir un moteur spécifique. La plage arrière, elle aussi, est bombée pour les besoins de place du réservoir à hydrogène. Concrètement il s'agit d'une voiture hybride à double propulsion: essence ou hydrogène. Pourquoi?  Tout simplement parce que l'hydrogène n'est pas distribué dans les stations service et qu'il faut bien que le moteur thermique avance avec un carburant existant.

BMW a choisi de marquer les esprits avec un moteur V12, 6 litres,  qui développe 260 chevaux/191 kw. Curieusement cette limousine ne fait le 0 à 100 km/h qu'en 9 secondes 5. C'est assez médiocre en terme de performance, mais ces chiffres n'ont pas beaucoup d'importance face à l'enjeu qui nous est proposé.

Tous les experts sont d'accord pour dire que l'hydrogène est la seule source d'énergie capable de remplacer à long terme les carburants routiers. L'hydrogène se présente sous deux formes: gazeux ou liquide. A l'état gazeux il est non toxique, incolore et inodore. BMW a choisi l'hydrogène liquide pour sa voiture, car il présente l'avantage de libérer trois fois plus d'énergie que l'essence. Il est plus performant et assure davantage d'autonomie que l'hydrogène gazeux. Mais l'intérêt majeur est que la combustion de l'hydrogène ne produit à peu près que de la vapeur d'eau. Les rejets de CO2 dans l'atmosphère sont pratiquement nuls! Pour l'instant il y a un problème de place. Le réservoir qui accueille 8 kg d'hydrogène diminue considérablement la capacité du coffre. Avec sa double coque en acier il prend de la place et beaucoup de poids. Son autonomie est de 200 km. C'est faible, et c'est pourquoi BMW propose en secours un réservoir essence de 74 litres qui assure une autonomie de 500 km.

Cette nouvelle technologie nous met face à des enjeux majeurs: approvisionnement en énergie et préservation de l'environnement. Pour le chapitre de l'environnement il n'y a pas photo: l'hydrogène protège la planète sans aucun doute. Pour le chapitre approvisionnement il faut résoudre la question du stockage et de la distribution de cette énergie. A Berlin j'ai vu une station TOTAL. Le pétrolier français joue le jeu. Deux stations services à Berlin et une à Munich proposent de l'hydrogène. Total a également conçu une station mobile de distribution. Pour l'instant c'est ridicule. Il faudrait plus de 10 ans pour créer 12.000 pompes à hydrogène, le minimum vital pour satisfaire les besoins à grande échelle en Europe de l'Ouest! Nous n'y sommes pas. C'est la raison pour laquelle BMW interpelle ses partenaires. Le programme Hydrogène existe depuis 25 ans chez le constructeur bavarois... Et depuis de nombreuses années on entend dire les pétroliers  " nous y allons s'il y a des voitures". Les constructeurs disent " nous y allons si vous créez le réseau de stations". Et les politiques disent  " nous favorisons les infrastructures et les incitations fiscales si vous y allez". Bref, l'histoire de la poule et de l'oeuf...  résolue par BMW qui a fait la voiture et qui se réjouit de voir Total y aller.

Sauf que...  sauf que...  l'hydrogène n'est pas un carburant reconnu en France. La voiture a été homologuée en Allemagne. Hypocritement elle ne peut donc circuler en France qu'avec des plaques allemandes. Il faudrait maintenant que les pouvoirs publics fassent quelquechose.

Commercialement, la BMW hydrogen 7 n'a pas de prix. Elle n'est pas vendue. Elle sera prêtée à des " leaders d'opinion" ( scientifiques, industriels, politiques) durant plusieurs semaines afin qu'ils se forgent une opinion. La démarche me parait formidable. Je ne doute pas qu'elle vous passionne. Je suis certain que ce blog va susciter pas mal de commentaires...  ou alors c'est à n'y rien comprendre!... 

Publié dans blogautoinfos

Commenter cet article

Olivier 22/11/2006 11:27

Bien que je defende BMW, je suis obliger de dire que l'hydrogene pollue bien plus que les carburants classique !

Il faut faire le bilan du puit à la roue et non regarder la voiture uniquement.
L'hdrolyse pour fabriquer de l'hydrogene genere des tonnes de CO2. Ok, il s'agit du seul point négatif, mais tout de meme, c'est aujourd'hui le probleme du rechauffement climatique !

spah 15/11/2006 10:22

Je comprends vos craintes sur le temps de livraison en carburant... mais, car il y a un grand mais, l'horizon actuel de la fin pétrole est de 30-40 ans. Entre ne plus se déplacer ou attendre 10 min pour avoir le plein de son véhicule, que choisis-t'on ?
Je pense qu'il faut pas hésiter à penser différemment nos modes de transports. Pourquoi ne pas imaginer une distribution de l'hydrogène au même titre que l'eau, le gaz ou l'électricité ? Avec pour nouvelle habitude par exemple de recharger sa voiture tous les soirs dans son garage privée ! On est bien passé de la vapeur au moteur à explosion, et cela a changé radicalement notre société. Alors pourquoi pas avec l'hydrogène ? Bref le carburant qui se sustitue à l'énergie fossile dans tout ses paramètres (fabrication, distribution, utilisation...) n'existe pas. A nous donc de penser différemment nos déplacements.
Je suis en pleine lecture du Pacte Ecologique de Nicolas Hulot, et son livre ouvre bien le débat : il faut changer nos habitudes. Se forger un nouveau modèle de transport, qui peut avoir en plus des conséquences économiques doppantes.

spah 14/11/2006 18:40

Et si l'un de vos reportages par trimestre par exemple faisait le point sur les recherches et les alternatives des constructeurs (voir avec en plateau des acteurs de cet industrie, chercheur, constructeur et même écologiste) ? Avec par exemple tous les trimestres une solution par constructeur en banc d'essai, etc... Dans notre monde médiatique, cela ne bouge que lorsqu'il y a une exposition forte... je vous lance l'idée.

spah 14/11/2006 10:58

En effet on va pas bouder notre plaisir alors qu'un grand constructeur cherche des nouvelles voies. Reste à savoir si c'est juste de la com' ou une volonté affichée de sortir du tout-pétrole. Espérons que l'exaltation perdure ;-).

spah 14/11/2006 09:21

Bonjour!
j'ai hâte donc de regarder le videocast...
Sur l'hydrogêne, il faut que je retrouve le passage, Nicolas Hulot en parle dans son Pacte Ecologique (d'ailleurs qui a une vision de l'automobile radicale... mais très certainement nécessaire). Mais en effet l'horizon est assez éloigné.
Voici un article (wikipedia) sur "l'économie hydrogène" : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_hydrog%C3%A8ne
On y notera que la compression de l'hydrogène pour en faciliter son transport (gaz très peu dense) est très consommatrice d'énergie : il est fort possible que le bilan énergétique soit pas très favorable...
Toutefois, il faut saluer cette BMW, c'est une première étape, et il semble que d'ici 15 ans, on aura des versions hybrides bon marchés.
Sur celle-ci, j'ai un doute quand à sa réelle émission de Co2 dans le contexte actuel : cela reste une grosse cylindrée qui brule beaucoup de carburant dès les 200 premiers km dépassés. C'est évidemment 200 km de gagner, et c'est déjà ça, mais soyons nuancé ;).
Au plaisir de vous lire