Les paradoxes du Mondial !

Publié le par Auto-info : Pascal Boulanger

Dimanche, à l'heure du bilan, on pourra peut-être dire que le Mondial de l'Automobile 2008 aura été à contre-courant du pessimisme ambiant. Il est vrai que les nouvelles de la planète "finances" ne sont pas bonnes. Les bourses font du yo-yo et menacent l'économie réelle, à savoir l'industrie. On pourrait penser que le secteur automobile sera touché en premier... Eh bien pour l'instant, aucun mauvais signe n'émane du Mondial de Paris.

Premier signe: la fréquentation. Chaque jour elle est plus élevée qu'en 2006, qui fut pourtant l'année record avec 1 461 000 visiteurs. On peut donc penser que le record du nombre de visiteurs sera au moins atteint, sinon dépassé.

Deuxième signe: les constructeurs enregistrent des prises de contacts records. 1400 par jour pour Renault et Dacia, 1000 pour Peugeot, 700 pour Citroën. Il y aurait même des commandes fermes, ce qui n'est pas la vocation première du Salon. Les marques étrangères sont satisfaites également, tandis que le luxe et le sport ( ce n'est pas une surprise) se frottent les mains. Ainsi pour son coupé-cabriolet California, Ferrari annonce que ses objectifs sont atteints jusqu'en 2011. Pas de chiffres bien sûr, mais une réelle satisfaction quant à l'impact du Salon de Paris.

Un autre paradoxe à relever: jamais les constructeurs n'ont produit autant de SUV ou " crossover". On ne parle plus de "4X4" puisque ce n'est pas leur usage principal. D'ailleurs la plupart des nouveautés ont une version 2 roues motrices.  C'est le cas du Renault Koleos, du Ford Kuga ou encore du VW Tiguan. Ils viennent concurrencer le Toyota RAV4 au milieu d'un paysage où l'on trouve encore le land Rover Freelander, le Honda CR-V, le Citroën C-Crosser, le Peugeot 4007, le Mitsubishi Outlander et quelques nouvelles offres "premium" telles que l'Audi Q5, le Mercedes GLK, le Volvo XC60, sans oublier le BMW X3...  Sans oublier non plus leurs ainés: Q7, GL et autres X5...  sans oublier Porsche avec son Cayenne...  et sans négliger les spécialistes tels que Jeep ou Land Rover, concurrencés par les vrais véhicules de franchissement que sont les Toyota Land Cruiser, Mitsubishi Pajero ou Nissan Patrol, navara, Pathfinder. Bref, une offre pléthorique. Le marché du SUV n'a jamais été aussi abondant. Il représente 6% du marché français de voitures neuves. C'est un constat, et un autre paradoxe...  un contre-pied aux discours qui diabolisent ce genre de voitures. 

PB 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francois Roudier 17/10/2008 09:56

Pascal, ok avec toi sur la variété de choix de 4x4 et SUV mais la concrétisation en commandes apparaît quand même assez faible. Les 4x4 du Mondial c'est un peu comme les hotesses sculpturales, on admire et on rêve mais on ne ramène pas à la maison... (Commentaire non politiquement correct !). FR

Auto-info : Pascal Boulanger 17/10/2008 10:34


OK, mais je ne connais pas de constructeur qui fabrique des voitures pour rien. Donc, ils vendent et gagnent des sous.
PB