Ministre de la relance !

Publié le par Auto-info : Pascal Boulanger

Depuis quelques jours nous sommes tous des ministres de la relance en puissance. J'en veux pour preuve ces nombreuses émissions de radio où les auditeurs donnent leur avis sur la bonne méthode à adopter pour sortir de la crise. les réponses sont souvent cocasses... Certains disent: il faut relancer le pouvoir d'achat! Oui mais comment vous faites?  Eh bien on relance l'emploi répondent-ils! Oui mais comment vous faites? Je ne vous donne pas la réponse...  Tout cela prête souvent à sourire...  Il n'y a évidemment pas de remède miracle.

En revanche, à partir d'une anecdote, permettez-moi d'avancer une piste. Cette anecdote c'est la conversation que j'ai eu récemment avec le patron d'une marque étrangère en France. Je ne vous donnerai ni son nom, ni la marque...  pas la peine d'accabler les managers à bout de souffle et d'idées...  Je lui ai posé deux questions: 1.  Les stocks de voitures sont considérables, pourquoi y a t'il inadéquation entre l'offre et la demande? 2. En période de crise, pourquoi diminuer considérablement vos dépenses de communication et de publicité alors que vous avez justement besoin de faire connaître encore plus vos produits?

A la première question,  ce monsieur très expérimenté (au moins 30 ans de métier) m'a doctement expliqué qu'il était impossible d'arrêter une chaîne de production d'un simple geste et de modifier avec plus de souplesse les contenus des voitures en fonction des demandes du client. Moyennant quoi, il faut accepter l'idée que l'usine sorte des modèles qui ne sont absolument pas demandés et encore moins commandés par les clients. Moyennant quoi il faut accepter l'idée qu'un groupe automobile stocke plus de 3 mois de sa production dans des parkings immenses aux abords des usines ( belle image). Moyennant quoi (c'est le plus choquant) il faut accepter l'idée qu'un client patiente 3 mois, 6 mois avant d'être au volant de la voiture qu'il a commandé! Moyennant quoi il faut accepter l'idée qu'une usine ferme ses portes durant un mois.... Tout celà est lamentable.

A la 2ème question, ce monsieur m'a répondu: vous n'y pensez pas! C'est comme çà, et pas autrement: quand la crise est là, la première chose à faire est de réduire les dépenses de communication. C'est le premier poste qui plonge! Et c'est comme çà depuis toujours m 'a t'il dit! On ne sait pas faire autrement.... Et il n'est pas question de changer.... Donc on est en situation d'échec, et en plus il n'est pas question de changer. Consternant !

Cette conversation m'inspire une conclusion. La crise financière  que nous traversons est un constat de faillite des élites en place. Nous en avons la preuve avec l'affaire Madoff aux USA. Nous payons des décennies de pratiques habituelles, à l'écart de toute remise en cause. Un grand nombre de managers sont aujourd'hui prisonniers d'habitudes qui se révèlent mauvaises. Si j'étais ministre de la relance, je m'apercevrais assez vite qu'il faut d'abord donner un sérieux coup de pied dans la fourmilière des managers incompétents, dépourvus d'imagination et d'audace. J'espère que cette crise va permettre de purger le management figé de notre économie mondiale.

PB

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mekil 31/01/2009 11:06

Ce que je dis à été prouvé oui Mr Goshn a décidé (avec son staff peut être) mais à l'encontre des tests marketing sur les panels de la modification de l'arrière de la Laguna berline.

On en voit le résultat...il faut savoir se contenter de ce qu'on a...à vouloir gagner des marchés on en perd les principaux qui marchaient bien : les flottes de grands groupes français dont les sièges sont à la défense.

Un cadre sup a souvent 3 choix de modèles lorsqu'on lui propose une voiture de fonction...et quand on sait que ces berlines sont vendues à 80% dans ces conditions, ne pas prendre en compte ces données c'est une erreur.

Bref c'est bien dommage car c'est une voiture construite en France...au moins celle là!

mekil 27/01/2009 22:37

Que pensez alors des choix d'UNE personne (Mr Goshn sans le nommer) qui décide de modifier l'arrière de la Laguna, qui décide de choisir un esthétique discutable sur la Twingo II pour satisfaire le marché espagnol qui s'écroule,..alors que les sondages de panels disaient le contraire?

Comment un seul homme...non designer...non marketing man, puisse faire ses choix si personnels quand cela met en jeu des milliers d'emplois...cela me dépasse!

Auto-info : Pascal Boulanger 29/01/2009 13:18


cela vous dépasse mais c'est le patron! Et je ne peux pas croire qu'avant de trancher Carlos Ghosn n'a pas consulté son staff. Bien sûr qu'il l'a fait. Vous savez, ce sont parfois les conseillers
qui font faire de mauvais choix. On attribue des mesures ou des lois à des ministres, mais ce sont le plus souvent leurs conseillers techniques, hauts fonctionnaires, qui portent la responsabilité
de certains choix...  hasardeux...

PB


Mathurin 21/01/2009 03:32

L'idée de relance serait que l'état renouvele son parc automobile cette année et commande uniquement chez des constructeurs français

Gilles 29/12/2008 13:09

le jour où les budgets Recherches & Développements seront coupés, là, il y aura du gros soucis à se faire.

Heuseusement que certaines marques continuent de vendre des voitures...

les plus gros déposeurs de brevets ne sont pas les marques allemandes? sur quoi les français innovent-ils principalement?

Auto-info : Pascal Boulanger 29/12/2008 13:17


Il est fort possible que les marques automobiles allemandes déposent davantage de brevets que les françaises, mais là je vous parle uniquement des brevets déposés en France par des marques
françaises, tous secteurs confondus.
Renault & PSA se révèlent toujours très actifs notamment au niveau des moteurs et des équipements de sécurité. C'est ce qui explique les bonnes notes des français dans les tests EURONCAP.
PB


Bottali 24/12/2008 02:35

La relance!Elle viendra des entreprises. La vision qu'ont les journalistes sur les entreprises est lamentable. La majorité des petites et moyennnes entreprises est pillée par la medecine du travail menacée par l'urssaf et dévasté par l'inspection du travail.Alors on doit les aider. N'oublions pas que ce sont les entreprises qui font manger l'état et les association. Elles y arrivent grace au travail des pauvres salariés est des affreux patrons qui sont tous au bout du rouleau. Les vieux chnocs du MEDEF et les abrutits de la CGT ne sont là que pour ammuser les journalistes les actionnaires et les consomateurs.

Auto-info : Pascal Boulanger 29/12/2008 12:27


Je ne partage pas votre point de vue. Trop excessif! Mais c'est votre droit!

PB