Aides à l'automobile: le ton monte!

Publié le par Auto-info : Pascal Boulanger

Le psychodrame continue! On dirait même qu'il s'amplifie si l'on en croit les propos de la commission européenne. Le commissaire à l'industrie Günter Verheugen, a haussé le ton aujourd'hui car il estime que pour "les deux, voire les trois grands constructeurs américains le risque de faillite se précise chaque jour"! Diable!...

J'en déduis que ce "commissaire", certainement bien informé, a plus d'éléments que nous autres journalistes pour nous alerter sur la gravité de la situation outre-atlantique. Soit...  Mais je poursuis l'argumentation de M. Verheugen. Il ajoute, en effet, que "la Commission Européenne ne permettra pas de nationalisme économique et qu'elle veillera à ce que les règles de la concurrence soient respectées, sur le marché européen et hors du marché européen". WAOUWH !

Attention j'ai peur! Et j'imagine déjà les conversations dans le bureau ovale, entre le président Obama et son cabinet. Le chef de l'Etat américain a promis hier de défendre les constructeurs automobiles américains en grande difficulté. Les besoins sont énormes. On les évalue à 16 milliards de dollars pour GM qui a déjà touché plus de 13 milliards, à 5 milliards de dollars pour Chrysler qui a déjà reçu 4 milliards. Je précise que Ford n'a pas réclamé pour l'instant de fonds publics, mais cela ne saurait tarder. Au passage, Barack Obama a déclaré "le pays qui a inventé l'automobile ne peut pas l'abandonner"! Il est gonflé Barack! Je veux bien admettre que Ford ait inventé la première voiture de grande série, mais il me semble que d'autres avant lui avaient déjà inventé l'automobile..  ils s'appelaient Daimler, Benz, Panhard & Levassor et j'en passe...

Passons d'ailleurs. On découvre que l'après-crise se prépare de manière très musclée. La crise a obligé les Etats (fédéraux ou non) à entrer dans la danse du capitalisme. Les Etats deviennent interventionnistes, accordent des prêts bonifiés, sont tentés d'entrer dans le capital des mauvais élèves... Bref, plein de choses qui ne plaisent pas à Bruxelles. C'est tout l'enjeu du débat actuel entre Bruxelles et Paris sur la légalité du plan de soutien français à l'automobile. Paris défend son dossier ( les fameux 6 milliards d'Euros prêtés à Renault et à PSA)...  Et Bruxelles s'inquiète des distorsions de concurrence.

Moi, je crois qu'il va falloir être pragmatique et mettre dans sa poche toute idéologie. Cette crise va nous révéler que les Etats-Unis défendent le capitalisme quand çà les arrangent... Elle nous démontre qu'en tout temps, et pour toute entreprise nationale, Washington intervient, vole au secours de son " champion" national, et truque les règles de la concurrence par la fiscalité et les droits de douanes. Donc, ce serait bien que la commission européenne permette aussi aux français et aux autres membres des 27 de défendre leurs "champions". Si elle ne défend pas les européens, alors à quoi sert-elle ?

PB

Commenter cet article

SEDAThttp://ann.over-blog.com/ajout-commentaire.php?ref=1477621&ref_article=25280795 27/02/2009 11:34

Bjr Pascal Boulanger...!

Le premier véhicule automobile fonctionnel a été inventé en 1769 par Joseph Cugnot sous le nom de fardier de Cugnot...!

Auto-info : Pascal Boulanger 27/02/2009 17:22


Ok, donc c'est toujours européen, et même français. Et c'est vrai qu'en 1769 l'Amérique attendait encore La Fayette !