Cannabis et sécurité routière.

Publié le par Auto-info : Pascal Boulanger

L'actualité se charge parfois très opportunément de rappeler à l'ordre nos "responsables" politiques. Drôles de responsables en effet lorsque M. François Rebsamen se hasarde à avancer l'hypothèse d'une dépénalisation du cannabis. J'ai entendu le mot "contraventionnalisation"...  Woaw!!! çà m'impressionne. Sauf que cette proposition émane d'un homme pressenti pour devenir Ministre de l'Intérieur en cas de victoire de François Hollande... Là j'ai peur!... Et je pousse un ouf de soulagement quand M. Hollande dément toute intention de dépénaliser le cannabis dans son projet pour la France.

 

Il a bien fait! Un accident de la route insupportable nous a rappelé hier que nous parlons aussi d'un enjeu de sécurité routière. Des traces de cannabis ont été retrouvées dans les urines du chauffard sans permis qui a renversé et tué un garçon de 11 ans à Paris. L'homme roulait vite. Etait-il dans l'état d'euphorie que procure parfois le cannabis? Il est urgent de rappeler que nous parlons d'un stupéfiant couramment utilisé en France. Des gendarmes me racontent que, très souvent, des conducteurs interpellés leur disent prendre du cannabis pratiquement chaque soir "pour mieux dormir"!....  Il est urgent de rappeler que le cannabis peut avoir pour effets aigus l'état d'euphorie, d'anxiété, qu'il peut entraîner une perte temporaire de mémoire.

 

Ensuite il y a le débat sur le temps de présence du cannabis dans les urines ou dans le sang. On sait qu'il n'y a pas de règle intangible. Ce temps n'est pas le même selon les individus. Toutefois, les experts sont à peu près d'accord pour dire que le THC (Tetrahydrocannabinol) n'a pas la même vitesse d'élimination que l'alcool par exemple. Ainsi on estime la "demi-vie" du cannabis à 4 jours. Cela veut dire que la moitié du THC aura été éliminée de l'organisme en 4 jours. Ensuite, il faudra encore 4 autres jours pour la moitié de ce qui reste, et ainsi de suite. Tout cela pour dire qu'un individu peut conserver encore 2 ou 3 semaines des traces de cannabis dans ses urines.

 

Alors j'entends déjà des personnes me dire qu'il ne produit plus d'effet au bout de quelques heures ou de quelques jours. Et comment? ?? Qui sont ces personnes pour décréter une telle chose? Si du cannabis est présent dans les urines ou dans le sang, même longtemps après sa prise, il produit forcément un effet! N'importe quelle personne de bon sens pourrait vous le dire. D'ailleurs, je connais quelques médecins qui le disent. Mais sont-ils écoutés?

 

Mon sentiment, vous l'avez compris, est qu'il faut de temps en temps réfléchir à ce qu'on dit. Aujourd'hui, la principale population en danger sur nos routes est la jeunesse. Beaucoup de jeunes (ils ne sont pas les seuls, loin s'en faut) consomment du cannabis. Si par malheur, un responsable politique s'avisait de légaliser cette drogue il aurait selon moi la lourde responsabilité d'augmenter la mortalité routière.

 

Sur ce, je vous invite à avoir une pensée pour ce pauvre petit garçon de 11 ans qui voulait juste, hier matin, se rendre à son stage d'escrime avec ses copains. Le passage piéton qu'il empruntait ne l'a pas protégé d'un fou dangereux et du cannabis. ...  PB

Commenter cet article

Marain42 14/05/2012 12:22

Bonjour Mr Pascal Boulanger,

Excusez moi, mais je n'ai pas voulu être "cruel" (pas gentil, d'accord, mais tout le monde il est beau, il est gentil?), pour Mr Alain Prost, il a bien formulé ces opinions, et ceci est normal, et
moi comme vous l'aviez cité j'ai répondu sur sa façon de réagir à certaines questions des journalistes.
Pour d'autres sportifs, j'aurais répondu de manière adaptée, à leur état d'esprit.
Donneur de leçon, si c'est ce qui ressort de mes propos, désolé, ce n'était pas mes intentions, mais je voulais partager certaines de mes convictions.
Si le cerveau humain est si performant (ingénieux oui), pourquoi des "autorités" sont elles obligées de nous mettre des "barrières" devant notre "progression" de tout les jours; ralentisseurs (qui
sont de plus en plus hauts), feux tricolores, stop, radars etc...., bientôt des filets type porte-avions pour arrêter les véhicules "hors clous"?
Serions nous capable de circuler sur un trajet sans aucunes signalisations, en faisant appel au bon sens, à la courtoisie et à notre intelligence (enfin utilisée à bon escient, et non pour
resquiller).
Mais je suis encore cruel?
Un exemple, lors d'un choc frontal (entre 2 véhicules), dans la presse il ressort "pour une raison inconnue, un des deux véhicules s'est déporté!", il faut arrêter de se voiler la face et avoir le
courage de dire la vérité, si vous braquez une banque, vous serez arrêté pour vol et non pour emprunt.
La répression peut-elle être remplacée par d'autre moyens "plus participatifs des utilisateurs"?, positif, ce serait "adulte".
Je suis prêt à vous démontrer certaines choses sur "le terrain" (car donneur de leçons ce n'est toujours pas mon propos), il suffit de se rencontrer.
Paroles, paroles, ça ne suffit pas, vous voyez vous faites appel à d'autres commentateurs éventuels.

Au revoir Mr Pascal Boulanger.

Auto-info : Pascal Boulanger 14/05/2012 12:35



OK. Nous n'avons pas l'âge de nous souvenir que nos ancêtres ont circulé sans signalisation. En même temps, il faut bien une signalisation pour partager la règle. Lorsquie j'arrive en voiture
dans une zone inconnue, les panneaux m'indiquent ( en principe) la vitesse adaptée, et m'informent sur certaines spécificités de mon trajet (risque de verglas, traversée d'animaux, virages
dangereux, etc...). Et partager la règle, c'est bien partager la route. PB



Marain42 06/05/2012 17:39

Bonjour Mr Pascal Boulanger,

Mais bien sur, ce serait bien d'en parler à Mr Alain Prost, vous faites référence à un ancien pilote de circuit (4 fois champion du monde de F1), et courant au "Trophée Andros" sur une voiture
qu'il ne veut pas partager, moi je n'ai pas cet honneur de pouvoir lui parler.

Mais la conduite sur circuit correspond-elle à celle sur route ouverte?, les pilotes peuvent péter un plomb, les conséquences sont pour leur pomme et les autres engagés qui ont "signés", ils sont
enfermés, c'est bien pour cela que l'on a créé les circuits, pour que l'on puisse (faut des moyens)laisser libre cours à notre plaisir de vitesse et de dominance.

Et ce Mr Alain Prost n'est pas si précis ("professeur"? ou pas) dans ses commentaires, car Mr Michael Shumacher peut briller de nouveau avec une F1 compétitive, alors son cerveau est-il faillible?,
ou comme tout être humain serait-il un peu jaloux?, ce qui est dans la nature humaine.

Au revoir Mr Pascal Boulanger, en tout cas c'est toujours un plaisir pour moi.

Auto-info : Pascal Boulanger 07/05/2012 10:39



Tout celà n'est pas très gentil... J'ai cité Alain Prost comme j'aurais pu citer Sébastien Loeb ou tout autre pilote de F1 ou de rallye. Autant de personnes qui peuvent apporter la preuve que
notre cerveau est non seulement tout à fait apte à la conduite d'engin motorisé, mais apte à bien d'autres choses encore...  sur route ouverte ou fermée, ou tout autre espace.  Je crois
bien que le cerveau humain est apte à accomplir des miracles et encore plein de choses que nous n'imaginons pas encore. Pour le bien ou le mal de l'humanité peu importe, mais c'est une réalité.


En ce qui concerne Alain Prost, je regrette en effet que nous n'ayez pas l'honneur de le connaître (comme c'est mon cas il est vrai). Vous pourriez alors constater que ce quadruple champion du
monde de F1 n'a pas la grosse tête, il ne la ramène pas. Ce n'est pas un donneur de leçons. Je regrette donc vos propos un peu cruels, tout en les validant dans ce blog, ce qui permettra aux
autres commentateurs de les lire. PB



Marain42 25/04/2012 19:06

Bonjour Mr Pascal Boulanger,

Promis j'arrête de râler (c'est pour cela que le temps est mauvais).

Pour moi le grand problème au sujet de l'insécurité routière, c'est le cerveau de l'être humain, il faut admettre que nous sommes inaptes à la conduite d'un engin motorisé ou non.

Tout évoluera dans le bon sens lorsque nous nous déplacerons en file indienne (comme les canetons avec leur mère) dans des véhicules automatisés (respect d'autrui, respect de la vitesse, des
distances, de la signalisation verticale et au sol).

Il ne restera plus que les disfonctionnements des "Machines" qui entrerons dans les statistiques des accidents.

Pour se défouler de notre connerie, nous irons nous "aplater" sur des circuits aménagés.

Au revoir Mr Pascal Boulanger.

Auto-info : Pascal Boulanger 03/05/2012 15:40



Inaptes à la conduite? Tiens je vais en parler à Alain Prost!!! J'aimerais savoir ce qu'il en pense...