Chevrolet Orlando: pas vraiment américain, mais sympa!

Publié le par Auto-info : Pascal Boulanger

 

 babcf67c-38f0-11e0-8331-183121d71e6b.jpg

C’est dans le département de l’Oise cette semaine que mon essai vous conduit. Bienvenue à bord d'un monospace au look très carré qui s’appelle Orlando…  on le distingue avec son sigle Chevrolet, et sa fameuse croix est affichée fièrement sur sa calandre…  Avec ses sept places, il a toutes les apparences d’un véhicule familial américain…  mais nous avons le devoir de vous le dire…  il n’est pas MADE IN USA… L’Orlando ne sort pas d’une chaîne de production américaine…  Il est fabriqué en Corée du Sud… Ce qui est loin d’être un défaut aujourd’hui…  au contraire… mais il faut le dire…  par honnêteté.

Ce long monospace de 4 m 65 est  construit sur la base de la Cruze, l’un des succès de la marque Chevrolet en Europe. La silhouette n’a rien de révolutionnaire. Les designers  ont fait quelque chose d’assez classique…  mais le style est  trapu…  avec une découpe assez dynamique au niveau des passages de roues…  la lunette arrière est très dégagée, très vitrée…  c’est plutôt bien vu…

A l’intérieur, la présentation est  sans surprise non plus. L’habillage est sombre…  pas très aguichant…  il nous rappelle l’univers Opel au niveau des compteurs, de l’écran GPS et des commandes de la console centrale. Cela PEUT être un compliment, car Opel a fait de gros progrès en termes de qualité perçue et de finitions…  En fait la bonne surprise vient du comportement routier de véhicule et de sa réactivité…  Notre moteur était un 2 litres diesel VCDI de 163 chevaux…  une vraie petite bombe au démarrage…  J’ai été plusieurs fois surpris par l’enthousiasme de ce moteur très agréable et percutant…  et en même temps pas très gourmand…  consommation moyenne autour de 6 litres, et 159 grammes de CO2 par km…  Ce sont d’excellents résultats avec un poids supérieur à 1 tonne 6. 

La position de conduite elle aussi mérite une mention particulière… L’assise du conducteur et de son passager est très enveloppante…  En fait plutôt confortable, sur des jantes 16 et  17 pouces qui apportent de la  qualité à la tenue de route.  En 2ème rangée, trois places correctes mais sans surprise…  Et en 3ème rangée,  2 places d’appoint qui diminuent considérablement la capacité du coffre qui est de 454 dm3…  il faudra choisir entre bagages et passagers… 

Mais les prix sont attractifs…  Entre 20 et 27 000 Euros…  c’est vraiment très compétitif…  notre version vitaminée est vendue 24 800 Euros…  L’argument sera décisif face à certains concurrents.

A voir également dans Auto Info sur LCI et sur TF1 news en podcast video le Toyota  verso S… http://videos.tf1.fr/infos/auto-info/lci-auto-info-du-27-mai-2011-6504146.html

toyota_verso_s_2010_ac3a6-450-300.jpg

 Il marque le retour de la marque japonaise sur le segment des minispaces.  C’est une catégorie qui revient à la mode en ville.  Pour des raisons évidentes : avec moins de 4 mètres il est facile à garer…  et en même temps il peut accueillir 5 passagers sans pénaliser le volume du coffre qui passe de 336 à 429 litres en fonction du réglage de la hauteur de plancher. 

L’ un des points forts du Verso S est son poids plume : à peine plus d’1 tonne. C’est important pour la consommation. La contrepartie, hélas, est que nous avons des sièges simples, voire minimalistes…  des matériaux souvent austères dans l’habitacle…  des rangements  très dépouillés, mais nombreux quand même…  et hélas pas de stop and start.

Heureusement, sur certaines versions, les passagers pourront se consoler avec un toit panoramique agréable…  et  un système multimédia à écran tactile bien conçu. Il permet de télécharger des applications, dont la navigation bien sûr. Et il est doté d’une caméra de recul. Bref, un peu de technologie sur des moteurs modestes : 1 litre 3 et 99 chevaux en essence, 1 litre 4 et 90 chevaux en diesel. Les moteurs et le confort ne sont pas les points forts de cette voiture qui est d’abord et surtout conçue pour la ville et dont les prix vont de 15 500 à 19 000 Euros. PB

 

Commenter cet article