Les "bons" chiffres de l'automobile: réflexions.

Publié le par Auto-info : Pascal Boulanger

Ainsi l'année 2010 s'est achevée dans l'effervescence de la prime à la casse. Les directeurs commerciaux des différentes marques se frottent les mains. Les  évaluations parlent de 370 000 à 400 000 commandes de voitures particulières rien que pour lem ois de décembre. C'est évidemment exceptionnel et la principale explication vient de la fin de la prime à la casse. La vraie fin pourrait-on dire, car cette fois c'est sûr, il n'y en aura plus avant très longtemps. Le marché français des voitures neuves se situera encore au -dessus des 2 millions. de ventes.  Mais cet engouement n'empêche pas ces différentes remarques:

 

- On a vu des constructeurs multiplier par 4, par 6 voire par 10 les 500 Euros de la prime à la casse. On se demande pourquoi ils sont allés si loin car ces ristournes apportent des confirmations: 1.  Les marges habituelles des constructeurs et des distributeurs sont vraiment importantes, y compris sur les petites voitures.  2. Les aides de l'Etat sont fort utiles car elles permettent aux acteurs de l'automobile de faire du volume.  3.  Les modes de disdtribution traditionnels sont de plus en plus menacés par le low cost , les intermédiaires, les ventes sur Internet.

 

- La prime à la casse a modifié considérablement le marché français, comme en 2009. Les français ont acheté davantage de petites voitures. Les citadines devancent très largement les berlines ou les monospaces. Comme en 2009 également, ce sont les ventes au particulier qui ont fait un bond. En revanche, le marché des flottes (voitures d'entrreprise, administration). Le marché de l'occasion récente lui aussi a reculé mais il se redresse progressivement. En 2011, ces tendances devraient s'inverser: chute des ventes au particulier, remontée des ventes aux loueurs et aux flottes,  hausse des occasions. 

 

- Aujourd'hui en France, 7 voitures sur 10 sont vendues à crédit. Les distributeurs sont commissionnés sur les financements auto qu'ils proposent. Plus on vend de petites voitures, et plus les commissions sont maigres puisque les marges sont faibles.  Bref, entre les remises et les commissions qui fléchissent, les acteurs de l'automobile ont moins gagné leur vie. Ils se consolent en se disant qu'ils ont fait du volume.

 

- Le marché total monte à 2,67 millions de véhicules neufs vendus en 2010 si on ajoute les véhicules utilitaires... soit 7000 de moins qu'en 2009. C'est donc une petite baisse, mais on constate qu'elle aurait été beaucoup plus forte si le marché du Véhicule Utilitaire Léger (VUL) ne s'était pas redressé en 2010. çà c'est peut-être un bon signe.. Quand les artisans et les commerçants achètent des VUL, c'est un signe que l'économie repart un peu.

 

- Le low cost. C'est une vraie question pour le groupe Renault. En 2010, la marque Renault a enregistré un recul de ses ventes en France (- 3,7%) alors que sa fililale low cost, Dacia, a encore fait un bond de 70%! Et c'est comme çà chaque année! Dacia avait commencé l'offensive avec la Logan, mais elle cartonne désormais avec la Sandero ou le Duster. On pourra toujours gloser sur la qualité ou le degré d'innovation de ces véhicules, sur son esthétique, il n'en reste pas moins que les clients plébiscitent le low cost, en Europe comme dans les pays émergents. C'est une  tendance lourde qu'il devient impossible d'inverser.

 

Voilà...  Je pourrais continuer encore, mais je trouve que ces quelques réflexions résument déjà pas mal de faits intéressants qui éclairent la compréhension de ce qui s'est passé en 2010 et de ce qui se passera en 2011.

Je pourrais encore trouver d'autres choses dans un futur post. On y reviendra. D'ici là TRES BONNE ET TRES HEUREUSE ANNEE A VOUS TOUS ! PB  

Commenter cet article

Véhicules utilitaires 19/03/2011 19:27


La Turquie, qui fabrique déjà les petits VUL de Fiat/PSA, tend à se spécialiser dans les utilitaires, aux dépens de sites d'Europe occidentale (l'actuel Combo est fabriqué à Saragoze en Espagne).


Simone 07/01/2011 15:19


Bonjour PB,
Attention au raccourci trop simple.
Je me souviens d'un article récent qui explique la répartition des ventes de Dacia en France.
La concession qui fonctionnait le mieux est situé à Paris VIII, arrondissement de paris "avec un pouvoir d'achat très faible" comme chacun le sait.
il me semble que l'une des raison du succès de Dacia est aussi lié au fait que les gens à pouvoir d'achat identique, préfèrent avoir une voiture neuve et garantie plutôt qu'une occasion.

Bon courage...


Auto-info : Pascal Boulanger 07/01/2011 15:41



Ok, mais une vente de Dacia faite à un riche ou à un plus pauvre reste une vente de Dacia. Le vendeur de voiture se fiche de tout savoir sur l'origine sociale de son client. Dacia a trouvé son
public en France parce que, riches ou modestes, les clients y ont trouvé leur compte pour la voiture de la famille (Logan MCV ou Duster), pour la 2ème voiture (Sandero). Et je ne suis pas tout à
fait d'accord sur l'occasion, car aujourd'hui les constructeurs garantissent très bien leurs occasions, en particulier les plus récentes évidemment. Merci pour vos commentaires et très bonne
année 2011! PB



LOUVET Yann 05/01/2011 23:26


Les client plébiscitent le low cost dites vous mais en fait les clients ont de moins en moins de moyens alors ils choisissent le low cost.Et plus nous ferons le choix du low cost moins nous aurons
les moyens.Quand quelqu'un tentera de relancer la machine au moyen d'un plan type"Marshal" plutôt que de réduire nos moyens?


Auto-info : Pascal Boulanger 06/01/2011 14:08



On est d'accord sur le fond, mais je l'exprime différemment. Les clients du low cost sont évidemment ceux dont le salaire n'augmentent pas et dont le pouvoir d'achat baisse. PB