Partage de la route

Publié le par Auto-info : Pascal Boulanger

Puisqu'il n'est pas question d'élargir toutes les routes, il faudra bien un jour trouver un terrain d'entente entre les automobilistes et les conducteurs de deux roues, et d'une manière générale entre tous les usagers de la route. Pourquoi ces mots?  Tout simplement parce qu'en fin de semaine, comme vous tous, j'ai découvert les mauvais chiffres des tués sur les routes du mois de septembre: 393 morts. C'est une hausse de plus de 17% par rapport à septembre 2008. Et c'est inquiétant, car depuis le début de l'année on dénombre 3204 tués sur les routes de France. la hausse est de 2%. C'est simple, si cette tendance se maintient nous aurons des chiffres en hausse en 2009, après 7 années de baisse consécutives.
Nous vivons d'ailleurs un paradoxe car le nombre des accidents a baissé. Donc si les morts sont plus nombreux, c'est que les accidents sont plus violents. 
Autre tendance inquiétante: près d'une victime sur 3 est un motard, son passager ou bien le conducteur d'un scooter ou d'un cyclomoteur. Statistique préoccupante qui m'amène à faire un sujet dans le 20 h de vendredi dernier. Le sujet est apprécié (ce qui fait toujours plaisir), mais il divise  quand même la rédaction en salle de visionage. Il y a les défenseurs du 2 roues et ceux qui ne les supportent plus. Les images sont parlantes...  en un seul après-midi, nous avons tout trouvé: motos empruntant des zones interdites à la circulation, scooters dans les couloirs de bus, franchissement de lignes continues, circulation sur les trottoirs...  mais aussi portable au volant pour les automobilistes, oubli du clignotant. Ce sont des scènes de la vie quotidienne. 
Et au bout du compte, mon témoignage de motard. Marc Bertrand, de la Fédéraion Française des Motards en Colère, nous dit que rien n'est fait en ville pour les deux roues motorisés. Il ajoute que les automobilistes ne respectent pas les deux roues en négligeant l'usage de leurs rétroviseurs et de leurs clignotants. Il a raison, mais ces propos suscitent immédiatement indignation chez les membres de la rédaction qui, curieusement, ne roulent qu'en voiture.
J'ai la chance d'appartenir aux  deux mondes, et j'aurais aimé que tout le monde entende la conclusion de mon reportage. N'oubliez jamais que les motards, les cyclistes, les piétons sont les plus vulnérables. Leur seule carrosserie est leur peau. Alors, faut-il que les automobilistes négligent ce paramètre? Non évidemment. Les conducteurs de deux roues ne demandent qu'une chose: la prise en compte de leur existence grandissante sur les routes. Quand on passe son permis moto(un permis plus exigeant que le permis auto) on apprend le partage de la route, les gestes qui sauvent (freinage d'urgence, évitement d'obstacle, contre braquage). Je pense que la formation et la communication sont au coeur du plan qu'il faut mettre en place pour que les automobilistes occupent la route d'une manière moins "monopolistique". Lorsque je suis en deux roues motorisé, et encore plus quand je fais du vélo, j'ai souvent l'impression de rouler illégalement sur un territoire dominé par les voitures, y compris à la campagne. C'est anormal. 
En conclusion, je n'aime pas les polémiques qui opposent les automobilistes  aux usagers des deux roues. Elles sont stériles. J'aimerais qu'en France un travail soit fait sur le partage de la route. Il est incontournable puisqu'en 5 ans, le nombre de trajets domicile-travail en deux roues a augmenté de 50%. C'est un processus irréversible. Donc améliorons la formation et la connaissance des uns et des autres...  et pour les 125 CC, de grâce, revenons à une formation obligatoire pour apprendre les gestes qui sauvent. Cette population de motards sans permis moto m'inquiète de plus en plus. C'est elle qui devrait payer le plus cher tribut sur les routes si on ne fait rien.

PB
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex 24/10/2009 07:54


Mr Boulanger,
Motard et automobiliste depuis 26 ans, je connais bien la situation bien que ma vie provinciale soit éloignée de toutes ces tracasseries parisiennes. Votre analyse de la situation est pertinente.
Mais n'essayer pas de vous justifier, les commentaires de Frédéric prouvent et démontre de le partage de la route n'est pas gagné. Sa frustration d'être coincé dans les bouchons face aux 2RM qui
eux peuvent s'en extirper est évidente.
Quant a demander pourquoi aux states les motards restent derrière les autos, c'est tout simplement parce que ces dernières sont bien trop large pour pouvoir se mettre a côté.LOL !!

En espérant que ces mentalitées changent, je vous souhaite bonne continuation,


Auto-info : Pascal Boulanger 26/10/2009 16:50


Merci pour vos encouragements ! Je suis certain qu'en se parlant tous et qu'en se mettant dans la peau de tous les usagers de la route (autos, motos, camions, bus, piétons, cyclistes, etc) on
améliorera le partage de la route.
PB


Frédéric 18/10/2009 01:15


Re-bonjour,

L'article R110-2 du code de la route stipule qu'une voie de circulation est réservée à UNE file de véhicules, pas deux ! Et ce, quelque soit le véhicule... qu'il soit à deux, trois, quatre ou 36
roues ! Je le répète, le partage de la route doit se faire dans le sens... longitudinal, et non pas dans le sens transversal ! Et là, vous ne pouvez plus dire que les fautes sont partagées entre
les motards et automobilistes, on voit rarement deux voitures rouler de front sur une seule voie !

Récemment, j'ai été témoin de ce genre d'accident que tout automobiliste relate de la façon suivante " bah, de toute façon, ça devait arriver ! " . Dans mon bouchon quotidien un scooter dépasse la
file de voiture sur la ligne continue (sans la dépasser), il a l'habitude, il le fait tous les jours... sauf ce jour là où l'espace entre 2 poids-lourds qui se croisent est trop petit pour la
largeur d'un maxi scooter...
C'est ce genre d'accident qui fait peur... la faute à qui ? à personne ? Les motards diront que la route n'est pas assez large... Les automobilistes diront qu'il était trop pressé... Ce n'est plus
une question de partage mais de comportement et de choix

Il a fait le choix de rouler en scooter, il a fait le choix de ne pas avoir de carrosserie de protection, il a fait le choix de vouloir être plus rapide que tous ces couillons d'automobilistes dans
leurs boites de sardines, il a fait le choix de rouler en infraction par rapport à l'article de loi cité au dessus...

Alors,qu'on me dise pas que les torts sont partagés, surtout quand le code de la route n'est pas respecté par 100% des motocyclistes...

Ah, au fait, ce jeune en scooter est décédé 5 heures après l'accident, il avait perdu ses deux bras et à dû être amputé d'un pied pour le dégager de sous la remorque du poids lourds...


Frédéric 13/10/2009 01:15


Non, je ne suis pas d'accord, je roule à 90 km/h en voiture, or, aucune moto me suit, elles me doublent toutes sans exception, donc 100 % des motards sont en infraction. Ces gens ont réellement
l'état d'esprit de vouloir dépasser tout le monde, et c'est cela qui est dangereux.
Pourquoi, quand on s'arrête à un carrefour à Los Angeles ou à New York, la moto s'arrête DERRIERE moi, alors qu'à Paris, elle s'arrête A CÔTE de moi pour démarrer la première ? Pour moi, le partage
de la route commence ici.
Ce que vous voulez en fait, c'est des dispositions spéciales pour vous afin que vous puissiez être plus rapide qu'une voiture sur un même parcours... ça n'est plus du partage, c'est du privilège...


Auto-info : Pascal Boulanger 15/10/2009 15:55


Bonjour,
j'ai bien lu vos critiques, et je les comprends, mais je vous rappelle que mon papier s'intitule "partage de la route". Si tout le monde raisonne comme vous on va droit dans le mur. Il se
trouve que ma position de chroniqueur et d'essayeur automobile me fait rouler environ 50 000 km par an... J'en fais les deux tiers en voiture, et le tiers restant en deux roues. Je précise en
Europe, et pas seulement en France. Je crois donc avoir toute légitimité pour constater que les torts sont partagés. En tant qu'automobiliste je déplore que les deux roues roulent sur les
trottoirs, dans les couloirs de bus et se comportent comme des gens trop nerveux. En tant que motard, je déplore que de trop nombreux automobilistes oublient leurs clignotants et leurs
rétroviseurs, les deux éléments essentiels qui les relient au reste du trafic. Et que dire du portable au volant ! çà devient hallucinant à l'heure où les systèmes bluetooth sont plus
perfectionnés. L'autre jour, pour mon reportage sur TF1 j'ai filmé quantité de situations dangereuses où les motards faisaient n'importe quoi, mais en une journée je n'ai vu que des voitures
griller des feux rouges ! Bref,  torts partagés et responsabilité partagée.  Si vous estimez que c'est faux c'est que vous êtes probablement un automobiliste qui ne pratique pas le
deux roues. Et dans ce cas, je suis inquiet pour le partage de la route...  car, même si vous en rêvez, il y aura toujours des deux roues autour de vous et de votre voiture.
PB 


Simone 12/10/2009 12:35


Bonjour Monsieur Boulanger,
J'ai mon permis moto depuis 31 ans, permis que j'aie passé avant de passer mon permis auto.
Je pense faire parti des gens qui font attention aux deux roues motorisées (je ne parle pas des vélos, qui ne respecte toujours pas le code le route). Je regarde dans mes deux rétros, je m'écarte
gentiment, et les vrais motards disent toujours merci.
Mais depuis la "destruction" de Paris par Monsieur Baupin, une nouvelle population s'est tournée vers les deux roue et ces nouveaux confondent tolérance et droits, remontant les files sous warning,
klaxonnant à tout va, avec force appel de phare, quand ce n'est pas un coup pied dans la porte ou "éructations" diverses et variées.
Je pense donc comme vous qu'il y a un vrai souci de formation et de communication. Ces gens ne sont pas des motards et ne le seront "jamais". Et je ne parle même pas des gens roulant sur des 400
tri-cycles sans permis.

Bonne journée

S


Auto-info : Pascal Boulanger 12/10/2009 13:17



Absolument d'accord avec vous ! La formation, toujours la formation. C'est la seule prévention efficace et le premier pas vers la tolérance.


PB