Plaisirs "british"

Publié le par Auto-info : Pascal Boulanger

J'ai le plaisir et l'honneur cette semaine de vous parler de deux voitures  que je trouve belles et exceptionnelles: l'Aston Martin Virage et le Range Rover Evoque. aston-martin-virage-cabriolet-habitacle-vue-34-avant-l-740.jpeg

J'ai eu la chance de pouvoir les conduire et de ressentir un bonheur intense. Ces deux belles autos témoignent du fait qu’il existe toujours un « esprit britannique » dans l’automobile, même si ce pays n’abrite plus un grand constructeur de niveau mondial. 

D'ailleurs Aston Martin est toujours britannique. Du moins la marque l’est redevenue grâce au rachat par  Prodrive  en 2007.  Ma "Virage" était un cabriolet,  et en la voyant on peut dire que le slogan historique d’Aston est respecté : Power, Beauty, Soul … Puissance, Beauté, Ame… Cette voiture est vraiment belle… et curieusement, elle porte encore un nom à consonance française, comme la « Rapide » de l’an dernier.  Quelle drôle d’habitude pour Aston Martin. Tant mieux pour la France. Et on se fiche de savoir si elle a le confort ou l’ergonomie du haut de gamme allemand. Elle ne l’a pas vraiment, mais elle a tous les codes du raffinement : une clé de contact qui met en valeur le sigle Aston Martin dans un écrin de verre, des cuirs épais, agréables au toucher,  des habillages en métal bouchonné, très élégants… Avec quand même des fautes : les matériaux des comodos et des aérateurs sont indignes d’une Aston Martin. Mais ce sont des détails face à la qualité de la présentation des compteurs, du nouvel écran GPS de navigation (enfin à la hauteur !), de l’excellence du système multimédia Bang & Olufsen… aston-martin-virage-cabriolet-habitacle-vue-34-arriere-l-7.jpeg

Quel son pour la musique… Mais surtout quel son pour le moteur…

Un sublime V12 de 5 litres 9 qui développe 490 chevaux… on est à peine en-dessous de l’Aston DBS. Une boîte automatique à 6 rapports avec des touches situées au centre de la planche de bord (comme sur la Rapide)… La voiture est capable d’être aussi douce que sauvage avec une accélération de 0 à 100 km/h en 4 secondes 6. Bref, une voiture enthousiasmante. Le coupé est facturé 193 000 Euros… Et ce cabriolet : 220 000 Euros.

 

3-portes-696478.jpgPour moins cher, on peut tout autant se faire plaisir et accéder au raffinement du Range Rover Evoque. La version diesel la moins chère est proposée à 33 000 Euros… mais les prix montent à plus de 50 000 Euros pour notre version 3 portes dotée de cuir haut de gamme. Il parait que c’est la plus demandée ! Une fois encore, Land Rover nous comble avec le toucher des matériaux. Tout est juste au niveau de l’aluminium, du chrome et même des plastiques.

Tout le monde se retournait à notre passage car la ligne coupe le souffle. La version commerciale est restée fidèle au concept car de 2007. Pas de compromis, même pour la vitre arrière qui, évidemment, est très étroite. La visibilité est insuffisante. Elle est heureusement compensée par une caméra de recul. interieur-696550.jpgComme dans les Jaguar modernes, la molette de la boîte automatique se lève à la mise en route. C’est une transmission intégrale à 6 rapports. Un peu en-dessous des boutons de commande pour passer en mode tout chemin, ou en conduite sur neige. C’est un vrai Land Rover, capable de quelques petits franchissements. L’habitabilité est bonne à l’avant… en revanche, les places arrière sont peu accessibles et très confinées. C’est donc un joli 4X4 pour égoïste… Sur des moteurs très convaincants… Notre version était un diesel 4 cylindres, 2 litres 2 de 190 chevaux. Mais il existe aussi une version 150 chevaux ainsi qu’un moteur essence de 240 chevaux. Sur un véhicule de 1 tonne 7 le bilan carbone est très moyen : 174 grammes de CO2 par km et un peu moins de 9 litres au 100 km pour la consommation. Tout cela n’est pas vraiment grave, car nous avons avec ce Evoque un objet terriblement beau à regarder et enthousiasmant à conduire. Et c'est à voir comme toujours sur LCi ou TF1 News http://videos.tf1.fr/infos/auto-info/lci-auto-info-du-11-novembre-2011-6819195.html

PB

 

Commenter cet article